05.11.2016

« Pour un marché intérieur fort, il faut donner de l’oxygène aux start-ups »

Le vice-Premier et ministre de l’Agenda numérique et des Télécoms Alexander De Croo accueille favorablement la nouvelle stratégie de la Commission européenne visant à renforcer le marché unique européen, mais demande plus d’attention pour l’accès des start-ups aux capitaux.

La Commissaire européenne au Marché intérieur Bieńkowska a présenté aujourd’hui les projets de la Commission pour renforcer le marché intérieur européen. La Commission européenne met particulièrement l’accent sur la libre circulation des produits et services numériques. La proposition de la Commission prévoit notamment de s’attaquer au géoblocking, de promouvoir les start-ups et de booster l’économie collaborative.

“Cette attention accordée à l’économie numérique est cruciale. La Commission européenne reconnait que de nos jours, le digital est l’un des principaux moteurs de croissance, d’emplois et de bien-être. Avec une réglementation simple et uniforme pour l’ensemble de l’Union européenne, nous pouvons encore développer le potentiel de l’économie numérique. Les projets ambitieux de l’Europe sont aussi bénéfiques pour la poursuite du développement de l’économie numérique dans notre pays. La Belgique soutiendra donc pleinement ces actions”, a déclaré Alexander De Croo, vice-Premier ministre et ministre de l’Agenda numérique.

La législation nationale ne peut pas être un frein à l’économie peer-to-peer

Le ministre De Croo accueille favorablement le fait que la Commission européenne mise pleinement sur l’économie peer-to-peer (pair à pair). La Commission européenne entend préciser comment la législation européenne actuelle s’applique à de nouveaux acteurs. Outre les initiatives américaines telles qu’Uber ou Airbnb, toute une série d’entreprises européennes se basent elles-aussi sur ce nouveau modèle de coopération numérique pour développer des services innovants qui rencontrent les besoins du consommateur actuel. “Je me réjouis surtout que la Commission européenne entende veiller à ce que la législation nationale n’entrave pas inutilement le développement de l’économie peer-to-peer. J’espère bien que cela aura aussi des répercussions positives sur le potentiel de croissance de ces initiatives dans notre pays."

Marché unique du capital-risque

Le ministre De Croo juge aussi positif que la Commission dise pour la première fois clairement que l’Europe doit revoir son attitude vis-à-vis de la faillite et donner aux entrepreneurs une deuxième chance. Néanmoins, les actions européennes n’accordent pas suffisamment d’attention aux start-ups. Dans le domaine de l’accès aux capitaux, la Commission européenne doit se montrer plus ambitieuse.

"Les start-ups sont les laboratoires où les jeunes entrepreneurs donnent forme à la nouvelle économie. Les starters sont le carburant de l’économie numérique et doivent avoir suffisamment d’opportunités, mais bon nombre de starters ont du mal à trouver des financements pour croître. Avec le tax shelter pour les start-ups, nous y avons donné une réponse. À présent, l’Europe doit suivre et rapidement mettre en place un vrai marché unique du capital-risque,” selon De Croo.  

Retour à l’aperçu

Pour utiliser notre site internet de façon optimale, nous vous conseillons d’actualiser votre navigateur en passant à une version plus récente.